Carnet de Route

Hors-Piste : autours du lac Titicaca – Bolivie

Hors-piste autours du lac Titicaca en Bolivie. Il y a énormement de petit villages (Pueblo) autours du lac Titicaca. Ces communautés sont toutes connectées entre elles par des chemins de terres, les gens comme les paysages sont très ruraux, peu de voitures et de trafic.

nous avons explorer les alentours du lac avec notre fidèle vw T5 4motion.

Musique par : « The Cheatcode » album en libre téléchargement ici : www.dataglitch.org

Hors-Piste : Trujillo – Huaraz – Cordillera Blanca – Peru

Hors-Piste entre Trujillo et Huaraz, dans la Cordillera Blanca (cordillère blanche) au Pérou.

Nous avons commencé en faisant confiance à notre GPS, qui nous a fait passer par le chemin le plus court pour rejoindre Huaraz depuis Trujillo. Au beau milieu d’une route goudronnée, il nous a fait passer par un « raccourci »…..heureusement la piste était bonne et les paysages superbes! Après 2-3 heures de piste nous avons rejoins la route « principale » pour aller à Huaraz. Cette route bien qu’étroite et spectaculaire et taillée dans la roche, est entièrement asphaltée et en très bonne état! Elle a été construite pour construire et maintenir tout un réseau hydro-électrique le long de la rivière (barrages, centrales, etc…) .

Nous avons parcouru cette route à l’aide de notre fidèle T5 4motion.

musique par : « The Cheatcode » album à télécharger librement ici : www.dataglitch.org

Hors-piste : Loja – La Balaza – Equateur

Hors-piste entre la ville de Loja en Equateur et le poste frontière amazonien de La Balza, qui permet de rentrer au Pérou. 190km de mauvaise route, dans un environnement tropical. Pluie, glissements de terrain sont fréquent et la route est souvent bloquée pour plusieurs jours, le temps de la déblayer. Il est conseillé de se renseignr avant de l’emprunter sur la météo et d’éviter de la prendre en cas de forte pluie. Heureusement pour nous, le temps étais « plutôt » sec.

Nous avons emprunté cette piste avec notre T5 4motion, pour essayer de longer au maximum la bordure amazonienne et pouvoir enregistrer des ambiances sonores interessantes.

Plus d’information sur ce projet :

www.phonography.world

musique par  : « The Cheatcode »,  album complet à télécharger gratuitement sur : www.dataglitch.org

Offroad Track : Los Nevados – Colombia

Offtrack around the Los Nevados NP – Colombia

The tracks is around 4100m high and lead inside a « Paramo » (high altitude plain).

The road turn around the active volcano  » Cerro del Ruiz »

We were driving here with our T5 4motion, for recording sounds and ambiance of the Paramo.

more information about this project : www.phonography.world

music by : « The Cheatcode » full album free to download here : www.dataglitch.org

Offroad Track : Salento – Toche – Colombia

Offtrack between Salento and Toche, near the Cocora Valley – Colombia

The tracks is around 3200m high and lead through giant wax palm forest, deep valley. Many « Finca » (farm) and cattle.

We were driving here with our T5 4motion, for recording sounds and ambiance of the wax palms forest.

More information about this project : www.phonography.world

music by : « The Cheatcode » full album free to download here : www.dataglitch.org

El Fuego, le volcan de feu, Guatemala

La surprise explosive du voyage, le Guatemala. Premier sur la liste de l’Amérique centrale, ce pays a eu un pouvoir immersif instantané, sans transition.
Et pour donner le ton, c’est sur le site maya de Uaxactún que nous passons notre premiere nuit. Isolé par une route non asphaltée et éclipsé par sa grande rivale Tikal quelques kilomètres en dessous, le site est déserté par les touristes. Pourtant, le lieu est d’une beauté mystique, perdu dans une jungle dévorante et sonore

Voici un enregistrement, que nous avons effectué, en laissant un piège à son, toute la nuit à côté de notre campement :

Mais au-delà de la magie du site, nous y avons tissé des liens avec 4 jeunes filles du village, un instant particulier et inattendu qui s’est étiré sur 2 jours. Nous avons ouvert notre camion et cuisiné ensemble, déjeuné, chanté, écouté les sons et parlé esprit de la forêt. Puis, lors d’une cérémonie improvisée, nous avons été entourés de lianes et remariés à jamais. Au moment des adieux, notre camion a été parsemé de compositions florales, chaque petite création faite avec méthode et goût. Nous sommes reparti le cœur tout chamallow, avec le sentiment que le Guatemala allez nous offrir quelque chose de grand.

La suite fut exponentielle, en couleurs, tradition et chaleur humaine. Des aventures improbables que nous avons eu la chance de partager en famille.

Voici quelques petits extraits sonores d’ambiance des marchés guatémaltèques :

Ce séjour vibrant s’est clôturé par une expérience que l’on n’est pas prêt d’oublier, dormir tout près du Fuego, un volcan hyper actif. Nous allions passer à coté dans notre course folle, on remerciera jamais assez Gwendoline et Jérémy, rencontrés sur les routes du Guatemala, d’avoir glissé l’idée dans nos tetes.

La veille, nous choisissons tous les quatre de passer la soirée au coté de notre guide, Catalino, dans sa famille. Instant pub pour Asoava, deux fois moins cher que les agences à Antigua).

Pour voir le phénomène, il faut marcher sur les pentes poussiéreuses du volcan voisin, l’ Acatanango, jusqu’ au camp de base à 3500 m. Tentes, duvets et repas seront portés par nos guides, mais les 4 litres d’eau par personnes, les multiples couches pour la nuit proche du zéro et les affaires de son restent nos fardeaux.
D’après Catalino, le volcan est très actif en ce moment, nous sortirons donc toute l’artillerie sonore.

Je pourrais décrire l’ascension, mais il me reste seulement le souvenir d’être attiré comme un aimant au sommet, par les sons de plus en plus fort du volcan.
Et malgré la pente raide et caillouteuse, l’altitude et la poussière, la marche n’était plus qu’un détail face au Fuego. Arrivé en fin d’après-midi, c’est au coucher de soleil que nous l’observons. Toutes les 10 minutes, une explosion de fumée épaisse se produit. Puis 8 secondes après, le son atteint nos oreilles et les fait vibrer.

Une fois la nuit tombée, la fumée fait place une lave rougeoyante, dans d’intenses explosions. Au-delà de la beauté du spectacle, à couper le souffle , le son est unique. Parfois grondement profond venu des entrailles de la terre ou détonation sèche, l’expulsion du volcan produit une vibration intense jusque dans le corps, une onde basse fréquence poignante.
L’adrénaline à son maximum, ce fut une nuit blanche au sommet.

L’ascension des derniers 500m se déroule de nuit pour pouvoir atteindre le sommet de l’Acatanango avant l’aurore. Sous les étoiles, avec la lune et le volcan encore rougeoyant de sa nuit, la puissance fantastique du moment nous dépasse mais résonne encore dans nos corps.

Désert solitaire – Utah

Sans l’avoir prémédité, nous avons passé la majeur partie de notre séjour aux USA dans l’Utah, un état où 80 % de la population vie à Salt Lake City ; le reste n’est que désert et canyon, tous singuliers, tous beaux à en crever.

Dans son livre « Désert solitaire », Edward Abbey explique comment ces décors bruts, arides et fragiles sont devenus au fil des années des parcs nationaux protégés, rendus accessibles au public via des axes routiers. Et la frontière reste mince entre préservation et universalisation des lieux. Certains parcs ressemblent maintenant à de grands circuits du point de vue, des drive-in de la photographie, des paradis du selfie prêt-à-emporter.

Sans bouder les infrastructures mises en places, il fallait trouver un équilibre entre attractions touristiques et exploration solitaire, pour capter, avec nos micros, la beauté silencieuse du désert.

Le off road:
en marge de ces routes très empruntées, des pistes pour véhicule 4×4 sillonnent les parcs et restent moins fréquentées. Parfois vertigineux, un poil dangereux, ces hors-pistes transforment toute personne en explorateur, redonnent des sensations d’aventure et permettent de découvrir des zones quasi-désertiques. L’environnement idéal pour nos prises de son. Nous avons gravité longuement autour du parc Canyonlands, dont les pistes font tourner les têtes :
la shafer road nous a emmené tout droit dans le décor de la scène finale de Thelma et Louise, la potash road nous a fait perdre une protection plastique, une autre nous a fait renoncer. Toutes nous ont donné le grand frisson et cette sensation d’immersion totale, de perte de repère dans l’immensité du désert.

Les nuits :
loin des campings officiels au sein des parcs qui affichent complet même hors saison, nous avons pu établir nos camps du soir en toute liberté.
Spot à la mad max avec des engins fous du désert ou seuls au bord d’un canyon, les ambiances sont uniques.

Nous avons profité de ces bivouacs perdus pour laisser les micros branchés durant certaines nuits. Ces pièges sonores sont idéals pour surprendre l’activité animale du coucher au lever du soleil, c’est ici que tout se joue.

Les randos :
l’évidence. La rando reste le meilleur moyen pour une immersion totale dans les parcs. Il suffit de faire quelques kilomètres, même sur les sentiers prisés, pour se retrouver (presque) seul et pouvoir tenter quelques prises de son. Peu balisés, les sentiers suivent naturellement les courbes du terrain, sans en contourner les obstacles, et donnent cette sensation d’exploration intuitive. On retient Devil’s Garden Trail à Arches, Elephant Hill à Canyonlands, Peek-A-Boo Loop à Bryce Canyon, Angels landing et the Narrows à Zion.

Les alternatives :
par manque de temps ou d’argent, certains parcs passent à l’as. C’est le cas Antelope Canyon, très populaire pour ces fameux slots canyons, étroits et rougeoyants.
En échangeant les bons plans entre voyageurs, on a pu trouver les alternatives qui valent le détour. C’est le cas du Red canyon à Kanab. Douze kilomètres de marche dans le sable, pour avoir le canyon pour soi, faire quelques prises de son et une belle phonography.

Les glaciers de l’Alaska

Après notre immersion dans les terres du Nord de l’Alaska via la Dalton highway, on s’est naturellement tournés vers la côte Pacifique et plus particulièrement la péninsule du Kenai, réputée pour ses nombreux glaciers.

L’Alaska compte plus de 600 glaciers, pour la plupart inaccessibles. Mais puisque rien ne résiste à l’homme, ce précieux et fragile trésor attise un tourisme de luxe polluant et bruyant, pour personne pressé : croisière, bateau, tour en hélico, tout est prévu pour en voir un max dans un timing record. Notre luxe à nous, c’est d’avoir le temps et des chaussures de rando, pour atteindre des glaciers accessibles au prix modique de quelques efforts.

PORTAGE GLACIER
Une petite randonnée au départ Whittier permet de voir facilement le front, qui reste très lointain, puisqu’il recule d’année en année.

Une marche supplémentaire le long du lac, un franchissement de rivière glaciale jusqu’aux genoux et un peu d’escalade nous ont offerts un tête-à-tête intimidant avec la partie haute du glacier.
Des formes déstructurées, cassées, compressées construisent des cathédrales aux murs translucides et vibrants

En dessous, c’est tout un réseau de cavernes, invisibles, mais audibles : ça grince, ça goutte, ça casse, ça tombe.

On s’avance vers le front du glacier, en le surplombant. Les blocs se détachent de temps en temps et dérivent le long du lac.
On passe la journée ici, seuls, à écouter vivre le glacier.

EXIT GLACIER
Il est accessible de Seward, petite ville de pêcheur, pour laquelle nous avons eu un coup de coeur (ciel bleu, chaleur et aurores boréales en prime)

Ce glacier est lui aussi en recul, mais de manière continue, hiver comme été depuis 2006. La marche d’approche pour observer le front se fait de plus en plus longue et retrace 195 années de recul. Le sentier a connu plusieurs extensions, mais il n’y en aura pas d’autre, la langue glaciaire étant entourée d’un terrain jugée trop abrupt maintenant. Nous avons opté pour le harding field trail , rando toute en élévation de 12 km, pour admirer le champ de glace sur les hauteurs de l’Exit glacier. Après avoir traversé une forêt de peuplier dense en lacet, des prairies aux marmottes, c’est seul que nous arrivons face à l’immensité du champ de glace. On peut affirmer que ce fut un moment fort du voyage, qui se passe de commentaire.

Pendant cette longue contemplation, ou nous avons fait quelques prises de son, sorti du nul part, on aperçoit un coureur au loin, torse nu en short…On hallucine total !

SALMON GLACIER

Ce glacier se trouve à Hyder, village fantôme d’ancien mineur, bout du monde frontalier avec la British colombia. Sur la route, on découvre Fish Creek, rivière a saumon et plateforme d’observation pour les Ours.

La route pour le glacier n’est vraiment pas au top, mais en vaut la peine. La langue glacée sinueuse fut un spectacle parfait, admirable jusqu’à l’extinction de notre feu.

BYRON GLACIER

Il se situe a 50km d’Anchorage, près du portage lake. Nous nous sommes attardés sur ses cavités de glaces, pour capturer le son si particulier et en faire une phonography 360: